Apnée: retenir son souffle mais réapprendre à respirer

L’Apnée: réapprends à respirer !

L’apnée est une discipline particulièrement propice au bien-être et à la détente.

Elle oblige à réapprendre à respirer, à se concentrer sur soi, sur ses ressentis, et à lâcher prise.

Le fait d’être sous l’eau, l’adaptation du corps et la baisse du rythme cardiaque liées à l’arrêt de la ventilation favorisent le calme et l’apaisement.

La pratique de l’apnée aide ainsi à réduire la fatigue et le stress.
Sous certains aspects, elle se rapproche de la méditation.

« Le cœur ralentit, la circulation sanguine change pour irriguer en priorité les organes nobles, indispensables à notre survie. Le corps s’adapte, un sentiment de paix intérieur s’installe, il faut lâcher prise. L’art de se sentir à l’aise dans une situation désagréable… »

L’apnée sublime cette formidable machine qu’est le corps humain

Se mettre en apnée et se plonger dans l’eau déclenche automatiquement le « réflexe d’immersion ».
En réponse, le rythme du cœur chute et se met au ralenti (bradycardie) après une dizaine de secondes chez l’homme. Contre 2 à 3 secondes chez les mammifères marins.

Le ralentissement cardiaque diminue le besoin en oxygène, et donc en met davantage à disposition de l’apnéiste.

Au même moment, se produit un phénomène de vasoconstriction périphérique.

L’ensemble du système artériel, irriguant le corps, se referme, bloquant ainsi la circulation du sang vers les membres et diminuant la distribution de sang.
Il privilégie alors les organes les plus importants: le cerveau, le cœur et les poumons; et leur apporte de l’oxygène.
Pieds et mains sont d’abord affectés, puis les jambes et les bras.

S’en suit le « blood-shift » (ou ‘érection pulmonaire’): il s’agit d’un transfert sanguin se produisant lorsque la pression en profondeur comprime la cage thoracique et réduit le volume pulmonaire, créant une compression dans la poitrine.
Le sang se transfert alors dans la cage thoracique et les vaisseaux sanguins de cette partie du corps enflent pour lutter contre la réduction d’espace sous l’effet de la compression.

Le « blood-shift » protège les poumons des barotraumatismes, et aide généralement l’apnéiste à gérer les effets de la pression en profondeur.

Et enfin s’opère une contraction de la rate, relâchant davantage de globules rouges dans le flux sanguin pour les mettre à disposition du corps, afin de distribuer l’oxygène nécessaire.

Coté cerveau, c’est aussi la révolution.

L’apnée force à la pleine conscience

L’apnée est un défi autant physique que mental.

Et la pleine conscience joue un rôle primordial.

Pleine conscience. Ce mot est partout: tant dans la méditation que le yoga ou dans les livres de développement personnel.
La pleine conscience signifie  » être complètement attentif au moment présent « .
C’est simple en théorie, mais nous vivons dans un environnement où notre attention est continuellement sollicitée. La vue, le bruit, les odeurs…

Tu dois écouter les messages de ton corps, apprendre à accepter la gêne et te détendre. Connaître cette « zone de confort » dans laquelle l’apnée reste un plaisir, mais aussi – et surtout – ses limites, pour identifier le moment où il va falloir remonter.

L’apnée est un sport qui permet de trouver la paix intérieure et de rester serein, même lorsque la réalité environnante ne l’est pas forcément.

Une fois dans l’eau tu es coupé de l’extérieur, tu te retrouves seul avec toi-même.

Certaines pensées peuvent survenir, mais le but est de les laisser passer pour éviter de perdre de l’énergie en se concentrant dessus. Avec l’expérience, les pensées passent mais on s’arrête de moins en moins dessus.

Comme pour la méditation de pleine conscience Vipassana.

Le Grand Bleu (1988)

Depuis « Le Grand Bleu » de Luc Besson, sorti en 1988, la France a découvert une apnée façon « Jacques Mayol ».

Toute sa vie, Jacques Mayol a travaillé avec et pour les dauphins.
Il prônait l’art de la respiration Pranayama, la  » discipline du souffle « , visant à faire circuler l’énergie vitale.
Nous avons hérité de lui une pratique qui passe avant tout par un travail sur soi, où l’on tente de profiter de l’élément, de faire corps avec l’eau.

Respiration thoracique ou abdominale ?

Il y a deux types de respiration: thoracique et abdominale.
La respiration voulu doit être abdominale.

Cette respiration par le ventre est basée sur le mouvement du diaphragme (muscle séparant la cage thoracique de l’abdomen).

Le haut du corps ne bouge pas et l’abdomen se gonfle et se dégonfle lentement.
C’est de cette façon que respire instinctivement l’être humain à l’état naturel.
Au même titre que lorsqu’on est bébé.

Lorsqu’il descend dans le ventre, le diaphragme aspire de l’air dans les poumons et quand il monte, il expulse de l’air.

On apprend à respirer autrement, en utilisant un volume d’air situé dans le bas des poumons, alors que généralement on utilise souvent le haut du poumon où on accumule du dioxyde de carbone, ce qui n’est pas bon !

La respiration thoracique, quant à elle, est purement automatique et inconsciente.

Elle fait travailler uniquement la partie supérieure du thorax et néglige l’abdomen.
Les poumons ne sont alors pas correctement sollicités : ils ne sont en effet remplis d’air qu’à 30 % de leur capacité initiale.

En somme, cette respiration non contrôlée peut avoir des effets néfastes, tant sur la santé physique que psychologique et émotionnelle.

Il s’agit de réapprendre à respirer correctement, en accord avec les besoins de l’organisme

Les avantages de la respiration abdominale

  • Évacuer les déchets gazeux présents dans l’organisme.
  • Réguler le rythme cardiaque.
  • Diminuer considérablement le stress et les angoisses.
    L’effet physique est immédiat, procurant une sensation de détente et de tranquillité.
    Un état de bien-être et de sérénité, en stimulant notamment la production d’endorphines.
    Dans les situations de stress élevé, il est utile de se concentrer sur sa respiration et de passer à une respiration consciente en utilisant le diaphragme.
  • Améliorer l’oxygénation des cellules et du sang.
    A chaque respiration, le corps reçoit de l’oxygène et élimine le dioxyde de carbone. Mais en respirant par le thorax, tu ne remplis tes poumons qu’à 30% de ses capacités.
    Tandis qu’avec la respiration abdominale, tu exploites pleinement tes poumons, triplant la quantité d’oxygène en circulation dans le sang.
  • Améliorer la digestion.
    Au cours de la respiration abdominale, le diaphragme se déplace de haut en bas, stimulant ainsi le nerf vague, qui joue un rôle très important dans la digestion et l’absorption des nutriments.
    La respiration abdominale stimule également les ganglions lymphatiques et aide le système lymphatique à éliminer plus efficacement les déchets.
  • Améliorer la qualité de son sommeil.
    Avec une respiration inadaptée, il peut être difficile de s’endormir et de bien dormir. La respiration par le ventre permet de se détendre et de dormir profondément, améliorant largement la qualité du sommeil.

Faut-il respirer par la bouche ou par le nez ?

La respiration physiologique s’effectue uniquement par le nez.

La respiration par la bouche est une dysfonction inconsciente s’installant souvent tôt dans l’enfance et pouvant avoir de multiples conséquences. Elle est réservée à l’effort.
Elle prive l’organisme des bienfaits de la respiration par le nez.

Les raisons eventuelles peuvent etre: nez bouché chronique, des végétations ou des amygdales proéminentes.

La respiration buccale empêche d’entrer dans la phase de sommeil profond et perturbe donc le sommeil. Les nuits ne sont pas réparatrices. La journée, la fatigue se fait ressentir, se traduisant par des troubles du comportement : irritabilité, hyperactivité, difficultés de concentration.

A cela peuvent s’ajouter, dans une autre mesure, des problèmes de concentration dus à un mauvais refroidissement du cerveau, l’apparition de cernes à cause d’une mauvaise oxygénation, ou potentiellement des rhumes, angines et otites à répétition, respirer par la bouche exposant à un plus grand nombre d’infections.

Apprendre l’apnée, c’est réapprendre à respirer

Beaucoup de personnes pensent ne pas être capables de faire de l’apnée.
« Impossible de rester longtemps sous l’eau sans respirer ! ».
La seule évocation du mot «apnée» suffit à en faire suffoquer plus d’un.
A tort.

Au contraire, on apprend à lâcher prise et à se concentrer.
l’activité respiratoire est le meilleur moyen de se connecter à son corps.

Notre respiration reflète notre état émotionnel.

Toutes les tensions, le stress, les émotions négatives enfouies, les traumatismes accumulés, au sein d’une société de consommation, influencée par le dictât de l’image et la compétitivité, modifie la respiration naturelle et instinctive profonde.

Tout cela contracte les muscles de l’abdomen, en permanence, au quotidien, déplaçant la respiration dans la partie haute des poumons.

Elle devient thoracique et superficielle.

Le manque d’énergie provient notamment, entre autres, d’une mauvaise oxygénation de l’organisme et d’une élimination insuffisante des déchets gazeux.

Les Grecs considéraient la respiration comme le lien entre l’âme et le corps.
Ils nommaient la technique spirituelle supérieure de l’Inde, non pas yoga, mais “sagesse du souffle”.
Depuis 5000 ans, en Inde et en Chine, l’air est une source d’énergie essentielle, tout comme la lumière et la nourriture.
Il est donc possible d’augmenter considérablement notre énergie si nous respirons correctement. Une bonne respiration, c’est la vie, plus encore elle lui confère une qualité supérieure.

Comment bien respirer ?

Il faut réapprendre à respirer consciemment pour reprendre le contrôle de ton corps, de tes émotions.

Pour bien respirer, fais travailler ton diaphragme.
Gonfle ton ventre à l’inspiration en poussant pour l’étendre au maximum, tiens 2 ou 3 secondes et rentre le ventre à l’expiration.
Fais cet exercice de respiration abdominale le plus souvent possible: en voiture, en travaillant, dans une file d’attente.

D’autre part, la respiration thoracique n’est pas complètement à éviter.
Il suffit de l’associer à la respiration abdominale.
Effectivement, en combinant les deux méthodes, on obtient la respiration parfaite.

Très concrètement, il s’agit de gonfler le bas du ventre (l’abdomen) puis le haut du corps (thorax). Avec un peu entrainement, les bienfaits se feront rapidement ressentir.

Il existe un équilibre précis entre tous les muscles de votre corps.
Certains ont pour tâche de stabiliser la colonne vertébrale, permettant ainsi une posture droite.
D’autres sont responsables du mouvement, permettant de réaliser tous les gestes du quotidien.
Une respiration incorrecte modifie cet équilibre et provoque des modifications non seulement de ta posture, mais également de ta façon de bouger.
En fait, si tu n’utilises pas la respiration par le ventre, les muscles profonds ne sont pas stimulés, ce qui perturbe les mécanismes de stabilité de base.
Cette respiration est très utile pour bien stabiliser la colonne vertébrale et pour prévenir les problèmes de dos.

Les bienfaits de l’apnée ne se font pas attendre

  • Beaucoup ne pratiquent que pour se ressourcer, lâcher prise, se vider la tête du stress et des soucis quotidiens.
  • Mais l’apnée te permet également d’entretenir ta forme, la natation étant l’un des sports les plus complets. Ta silhouette, tes poumons et ton système cardio-vasculaire te diront merci.
  • Apprends à mieux te connaitre dans les profondeurs.
    Que ce soit face à la vie marine, au chronomètre ou à la profondeur, tu seras seul avec toi-même. L’apnée pousse souvent à des réflexions intérieures intimes et peut te révéler ton âme profonde…
  • Augmente la confiance en toi à travers des objectifs d’apnée.
    Que ce soit en apnée statique, dynamique ou en profondeur, le fait de repousser ce que tu penses être tes propres limites et d’atteindre un objectif qui te paraissait inatteignable va augmenter ta confiance. Tu en ressortiras grandi.
    Chaque étape franchie, en douceur et avec maîtrise, est un verrou psychologique que l’on fait sauter.
  • Après une séance d’apnée (et même pendant), on ressent souvent comme un sentiment de bien-être. Dues à l’environnement particulier, à la pression qui augmente et aux répétitions des apnées, des émotions intenses comme le bonheur et la zénitude sont fréquentes. Addiction garantie !
  • Enrichis tes connaissances tant de la vie sous-marine que de ta physiologie.
    Pratiquer l’apnée régulièrement te permet d’apprendre à bien respirer tout en agrandissant ta capacité pulmonaire et la maîtrise de ta respiration.
  • Rejoins un nouvel univers, bouleverse tes repères.
    Le dépaysement du monde sous-marin vient nourrir l’impression de déconnexion.
    Apprends à te fondre furtivement, sans bruit, pour une approche incomparable de la vie sous-marine. Comme si tu faisais corps avec la mer, et que le monde sous-marin t’accueillait véritablement.
    L’occasion de vivre des rencontres sous-marines incroyables telles que dauphins, baleines et autres mammifères marins.
  • L’occasion incomparable de partager et de faire des rencontres.

Quelques conseils

  • Si tu pars tendu, tu ne pourras jamais rester sous l’eau bien longtemps.
    La panique, suivie du besoin de remonter prendront place. Et cela n’aura rien agréable. Lorsque l’on comprend comment se relâcher, on peut retenir notre respiration aisément et agréablement.
  • Pour parvenir à être bien sous l’eau, il faut se vider la tête.
    C’est précisément cette capacité à se vider la tête en s’isolant dans une bulle, sous l’eau, qui permet à ceux qui pratiquent l’apnée de se ressourcer profondément.
  • Tu peux aussi recourir à des visualisations mentales.
    Beaucoup de choses peuvent te passer par la tête, aussi bien positives que négatives. L’important, c’est de réussir à éliminer toutes les pensées négatives.
    Pour cela, tu peux te passer un petit film dans la tête, un scénario qui te fait du bien et dans lequel tu te plonges, ou choisis la musique que tu vas écouter mentalement pendant l’apnée.
    Tu vas apprendre à être en toi avec des pensées positives.

L’apnée comme mode de vie

L’apnée peut devenir un mode de vie à part entière, influençant jusqu’à ton alimentation pour une hygiène de vie soignée.

Elle n’est pas dangereuse en soi.
Au contraire, elle permet de développer ta capacité et ton potentiel respiratoires.
C’est une activité sportive atypique puisque c’est la seule où il faut s’arrêter de respirer.
Mais pour retenir son souffle, il faut d’abord réapprendre à respirer.

L’apnée est avant tout une discipline tournée vers soi.
Au même titre que la méditation.

Le corps et l’esprit évoluent ensemble, au même rythme.
Une leçon de patience dans un monde où l’on nous demande sans cesse d’accélérer.
L’apnée, au contraire, t’oblige à ralentir.

« Retrouver l’eau nous ramène à nos origines, au ventre de notre mère »

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *